Collège François Rabelais Mons en Baroeul

Ambition Innovation Réussite

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Imprimer PDF

Un mois une oeuvre - Avril 2017

La valse de John Bramblitt

Cette histoire se passe en l'an 2000. Une jeune fille prénommée Gisèle se rend comme tous les soirs à son cours de danse. Elle aimait beaucoup la danse et se passionnait surtout pour la valse. Un soir de juillet, l’entraîneur demanda à l'ensemble du groupe de se mettre par deux et de choisir un type de danse. Comme d’habitude Gisèle se mit avec son ami d'enfance, Jones. Comme elle, Jones était lui aussi passionné par la valse car il avait gagné tous ses concours lors du championnat de l'école de danse et avait remporté la médaille d'or. Les deux avaient décidé d'interpréter une valse latine, leur professeur accepta leur choix et leur dit qu'ils avaient un mois pour répéter.

Tous les soirs, Gisèle et Jones s’entraînaient jusque très tard. Le grand jour arriva. C'était le jour où les deux amis devaient présenter leur travail devant des centaines de personnes. Gisèle était vêtue d'une très belle robe qui était assez longue, de couleur blanche avec un châle délicatement posé sur ses épaules. Elle était chaussée de jolis talons vernis. Quant à Jones, il était vêtu d'un très beau costume noir qui faisait ressortir le blanc de sa chemise sur cravate noire et chaussé de longues chaussures noires. Quand la musique se mit en route, tout le monde fut impressionné par la douceur de ces deux jeunes gens. Leur interprétation envoûta le public si bien que les deux gagnèrent le concours et furent sacrés les meilleurs danseurs de valse de tous les temps.

    Lilo, 6e3

D'un peintre aveugle est né,

Ce magnifique tableau.

Comme des cordes frottées par un archer,

En sort le son de trop.


Que des couleurs chatoyantes,

Qui ravissent nos yeux.

Comme la pluie battante,

Sur le passant qui nous dit adieu.

Un couple très bien vêtu,

Seul avec la musique dans l'air

Comme le chameau perdu,

Dans l'immensité du désert.


Dans cette belle salle tapissée de soie,

Baignée de lumière.

Comme dans le château d'un roi,

Où trône une belle héritière.


Quand sonna les douze coups de minuit ,

Ils s'en allèrent tous.

On n'entendit plus aucun bruit,

Mais on ne vit après qu'une mystérieuse femme rousse.

Alia, 6e5


C'est l'histoire de deux mariés qui dansent une grande valse à Paris. Les deux mariés sont observés par beaucoup de personnes, environ 150 femmes et hommes. Les spectateurs assistent à un grand mariage. Les familles sont tellement impressionnées qu'elles se lèvent et commencent à danser ensemble. Progressivement, ils sortent de la salle en dansant et ils rentrent chez eux où ils font de beaux rêves sur un rythme de valse.

Le lendemain, les personnes invitées sont revenues dans cette salle louée pour deux jours afin de la nettoyer. Après avoir fini, ils rentrent chez eux, heureux, en se rappelant les bons moments passés à ce mariage.

Brandon, 6e4

Dans un théâtre, à Mons-en-Barœul, un violoniste interprète une valse. Deux danseurs professionnels dansent sur cette musique: Jacob Frye et Evie Frye, deux jumeaux anglais qui habitaient autrefois à Londres. Au début, ils défendaient cette ville contre les templiers et Crawford Starrick, le maître des templiers. Bref, c'étaient des assassins qui protégeaient Londres. Après avoir assassiné Crawford Srarrick, ils prirent leur retraite et décidèrent de devenir danseurs professionnels de valse, ce qui leur demande 5 années de travail et entraînement. Ils éblouissaient tous les publics et cela se passa au XIXe siècle.

Un jour , un chef de contrée, monsieur Favre, demanda pour son anniversaire une valse interprétée par ces deux fameux professionnels. Mais, s'ils échouaient et seraient pendus devant tout le royaume. Alors Jacob et Evie avaient très peur d'autant qu'ils n'avaient que cinq jours pour se préparer.

Le jour de la représentation monsieur Favre était impatient mais, pas les artistes. Par chance, la représentation fût annulée pour deuil. Du coup, Jacob et sa sœur bénéficiaient d'un délai supplémentaire pour travailler leur numéro .

Le jour du spectacle arriva et tout le monde fût éblouies par le choix des pas et mouvements. Le jour même, ils furent nommés responsable de la culture et de la danse au sein de l'état. Grâce à eux, de très nombreux élèves reçurent la meilleure formation de danse.

Nathan, 6e4